Back to top

Accompagnement des aidants : la branche retraite et prévoyance s’engage

06/10/2021 Expertise

Ils seraient entre 9,5 et 11,5 millions, soit 1 Français sur 5, pour la plupart en activité. En juillet, les partenaires sociaux de la branche retraite/prévoyance ont signé un accord constituant un pas de plus dans la reconnaissance des salariés aidant.

Le 6 octobre est la Journée Nationale des Aidants. A cette occasion, le collectif « Je T’aide », organisateur de l’événement, livre dans un nouveau plaidoyer 10 propositions autour de l’isolement social des aidants, empiré selon eux par la crise sanitaire. Fatigue, isolement, stress, précarité… les répercussions de la situation d’aidant sur la santé, l’équilibre familial et la vie professionnelle sont de plus en plus nombreuses et perceptibles, notamment par les employeurs. Cet impact a de fait été amplifié par la crise sanitaire qui a rendu les personnes aidées encore plus vulnérables.

61% des aidants sont des actifs

Mais qui sont les aidants ? S’il fallait mentionner 3 chiffres, on retiendrait les plus significatifs : 57% des aidants sont des femmes, 81% ont moins de 65 ans et 61% sont des actifs. Au quotidien, ils assistent une personne proche de leur entourage (un enfant, un parent, un grand-parent), qui du fait d’un handicap, d’un âge avancé ou d’une maladie ne peut pas vivre en totale autonomie. Charge économique lourde pour certains, implication psychologique pour d’autres, il leur est souvent difficile de concilier leur vie professionnelle, leur vie personnelle et leur rôle d’aidant. Ainsi, près d’un aidant sur deux (45%) estime que sa situation a un impact négatif sur sa vie sociale ou familiale.

Des dispositions légales insuffisantes ?

Congé de présence parentale du salarié, congé de solidarité familiale, congé de proche aidant, don de RTT : des dispositions légales visant à améliorer la reconnaissance des proches aidants existent. Votée en décembre 2015, la loi d’adaptation de la société au vieillissement a créé un droit au répit permettant aux proches aidants des personnes âgées en perte d'autonomie de se reposer ou de dégager du temps. Mais est-ce suffisant alors que des voix, toujours plus nombreuses, s’élèvent pour demander un vrai débat de société autour de l’aidance ? D’autant qu’une nouvelle génération d’aidants, celle des 18-24 ans, plus soucieuse de son équilibre personnel, s’apprête à prendre le relais.

C’est dans ce contexte que les partenaires sociaux de la branche retraite complémentaire et prévoyance ont signé un accord entré en vigueur le 1er juillet 2021. Cet accord qui marque des engagements forts dans l’accompagnement des salariés aidants complète les mesures légales en vigueur et « constitue une étape supplémentaire dans l’accompagnement des salariés aidants », a indiqué François-Xavier Selleret, Président de l’Association d’Employeurs des Institutions de Retraite et de Prévoyance et Directeur général de l’Agirc-Arrco.

De nouvelles mesures d’accompagnement

Le salarié aidant pourra désormais, en accord avec son employeur, bénéficier d’aménagement d’horaires. L’accès au télétravail lui sera favorisé, si son activité le permet. Il pourra également bénéficier d’un temps partiel, tout en continuant s’il le souhaite, à acquérir des droits à retraite sur la base d’un salaire reconstitué à temps plein. Pour lui permettre de s’impliquer entièrement dans l’assistance du proche aidé, il pourra prendre plus facilement des congés : congé exceptionnel d’une durée jusqu’à 18 jours ouvrés, prévu dans la convention collective nationale du travail ; congé de proche aidant pour l’accompagnement d’une personne dépendante ; congé de solidarité familiale pour l’assistance d’un proche en fin de vie. Enfin, l’accord autorise tout salarié à renoncer, sous couvert d’anonymat, à tout ou partie de ses jours de repos non pris, pour en faire bénéficier un salarié de son entreprise, en situation d’aidance d’une particulière gravité. Un mécanisme de solidarité entre les entreprises de la branche, destiné à mutualiser les dons de jours sera proposé d’ici la fin de l’année. Cet accord de branche concerne 23 millions de salariés, futurs aidants potentiels.

Sources :
Collectif Je t'aide
Ipsos - Aidants : le temps des solutions ?
Agirc-Arcco - La branche retraite complémentaire et prévoyance va plus loin dans l’accompagnement des salariés aidants
Association Française des Aidants