Back to top

Prévoyance : Associer la force du collectif et la souplesse de l’individuel

19/10/2017 Expertise

Les contrats de prévoyance collectifs et individuels se complètent désormais utilement pour la protection de tous les travailleurs, salariés ou non, et de leurs familles, y compris face au risque de dépendance.

La prévoyance complémentaire deviendra-t-elle bientôt obligatoire dans les entreprises ? Verra-t-on finalement la disparition des clauses de désignation dans les contrats collectifs ? La fusion des branches professionnelles aura-t-elle lieu ? Autant de points encore en suspens, mais dont l’évolution aura un impact fort sur le développement de l’assurance collective. Chacun jouerait sur la mutualisation des risques entre les salariés d’une même entreprise, d’une même branche professionnelle, ou de plusieurs entreprises, au niveau de la mutuelle ou de l’assureur. Plus la mutualisation serait importante et les risques maîtrisés, moindres seraient les coûts d’acquisition et les primes. La prévoyance collective pourrait être ainsi d’un rapport qualité/prix encore meilleur avec davantage de salariés couverts et des garanties nouvelles ou renforcées. Sans compter les avantages fiscaux et sociaux accordés aux contrats collectifs obligatoires.

La mutualisation au service de la prévoyance individuelle

Quelles sont alors les perspectives pour la prévoyance individuelle ? La mutualisation pourrait aussi se développer avec l’essor du travail indépendant et de la micro-entreprise, grâce notamment à la micro-assurance. Commerçants, artisans et professions libérales trouvent désormais des offres de groupements, associatifs ou autres, qui leur permettent de souscrire individuellement des garanties indispensables à des prix abordables. Dans le même esprit, l’UNMI propose à ses mutuelles adhérentes des produits adaptés aux besoins réels des travailleurs non-salariés : selon leur métier et leur régime de protection sociale, mais aussi la couverture existante de chacun.

Des services complémentaires

La prévoyance individuelle devrait également se développer en complément des garanties des salariés souscrites par l’intermédiaire de leur employeur. Conçu pour l’ensemble du personnel ou une catégorie, le contrat collectif répond rarement à tous les besoins de chaque assuré. C’est l’exemple de la dépendance. Les entreprises ne souscrivent pas toujours pour leurs salariés de garantie face à ce risque pour eux-mêmes, et encore moins de solution aux aidants de parents dépendants. Institutions de prévoyance, mutuelles et assureurs rivalisent pourtant d’innovation afin de protéger le plus grand nombre. En plus de son contrat dépendance, l’UNMI propose ainsi à ses membres d’investir dans un fonds responsable afin de permettre le maintien à domicile selon le principe du viager mutualisé.

S’adapter aux attentes des Français

Que la prévoyance collective soit généralisée à toutes les entreprises ou non, son essor ira de pair avec celui de la prévoyance individuelle. L’enjeu sera de répondre aux besoins changeants et croissants des travailleurs, salariés ou non, des inactifs et des seniors. Les acteurs du marché s’y préparent en concevant des gammes complémentaires qui assurent la personne tout au long de sa vie, en santé comme en prévoyance.